Après Daesh, un Etat islamique 2.0 ?

La mort du calife Abou Bakr El-Baghdadi marque la fin de l’Etat islamique dans sa version territoriale identifiée. Mais cette disparition n’annonce-t-elle pas l’apparition d’un nouvel Etat, défait d’attaches géographiques au profit d’une dissémination tentaculaire ?

La mort d’Abou Bakr El-Baghdadi, saluée de manière unanime comme un grand succès militaire, pose néanmoins de nombreuses questions (lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/10/28). Parmi les premières à émerger : l’Etat islamique a-t-il les moyens de se remettre de la disparition du calife auto-proclamé ? Il est naturellement top tôt pour le dire mais la force et la puissance de Daesh laissent à penser que l’organisation est en mesure de le remplacer. Ce que les Occidentaux, et le monde en général, ignorent, c’est quand. La nébuleuse qu’est l’Etat islamique, composée de fidèles pétris d’islamisme radical, bien qu’aujourd’hui affaiblie d’un point de vue territorial ne l’est pas nécessairement d’un point de vue idéologique. Le récent attentat perpétré au sein de la Préfecture de Police de Paris le 3 octobre dernier le prouve, Daesh dispose d’un réservoir de combattants, actifs ou dormants, connus ou inconnus des services de renseignements qui reste très vraisemblablement lourd et mal estimés en dépit des efforts de signalement. Est-ce à dire que la menace terroriste existe toujours ?

Coup violent et Etat classique

Il est fort à parier que oui car si la mort de Al Baghdadi est un coup rude et violent porté à l’Etat islamique, le coup n’en est pas pour autant fatal. L’islamisme radical, comme toute les idéologies d’essence comparable, aveugle, ignorante et extrémiste, continue à séduire des individus en marge de la société contemporaine, bousculés par la mondialisation, souvent désoeuvrés ou incapables de s’intégrer dans le creuset social du pays dans lequel ils vivent. Il ne s’agit pas ici de dresser le portrait-type des combattants de l’Etat islamique mais de conserver à l’esprit que si la mort du calife auto-proclamé est une avancée notable dans la lutte contre Daesh, elle ne constitue cependant qu’une étape. Ainsi, par une analogie osée à connotation économique, il serait possible d’affirmer que Daesh est désormais devenu un label dont beaucoup pourraient se réclamer de par le monde. Cette menace est finalement d’autant plus inquiétante que l’Etat islamique, qui disposait certes d’un territoire conquis, ne présentait en rien les atours et les attributs d’un Etat classique. La coalition internationale qui luttait, et lutte encore via les services de renseignements contre lui, était, et est, en guerre contre une mouvance terroriste multiforme capable de renaître, non pas où elle le souhaite, mais sans trop de difficultés, pouvant compter sur des combattants opportunistes ou convaincus se réclamant d’elle.

Conflits et logique

Al Baghdadi qui incarnait le premier Etat islamique, assis territorialement, renvoyant Al Qaïda au rang de mouvement obsolète et dépassé, a, peut-être, par sa mort poussé à la création d’un Daesh 2.0, sans emprise géographique mais fort d’une multitude de points de conflits essentiellement disséminés en Europe ou dans les pays arabes, premières cibles pour ces-derniers des actes meurtriers de l’organisation terroriste. Cette nouvelle donne que l’on pourrait, par raccourci, alors qualifier de géopolitique ne l’est en rien. Elle est en réalité la conséquence presque logique de ce qu’a été l’Etat islamique dans sa version territoriale : un ensemble faussement structuré, dirigé par un individu certes charismatique mais clairement exposé car parfaitement identifié et donc aisément combattable. Le risque qui prédomine aujourd’hui n’est donc plus de voir apparaître un chef mais plusieurs, répartis où bon leur semble, renonçant à l’existence d’un Etat au profit d’un combat idéologique latent et lancinant contre lequel aucune armée du monde ne pourra rien. (Lire lepoint.fr : https://www.lepoint.fr/monde)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.