Façon commedia dell’arte

Si l’incertitude politique prédomine désormais en Italie, celle-ci n’est peut-être que la conséquence de l’incapacité des partis populistes à élaborer un programme de gouvernement fiable et pérenne.

Ainsi, les électeurs italiens seront-ils amenés d’ici quelques mois à se rendre à nouveau aux urnes pour désigner quel parti prendra les rênes de l’Etat. Après le fiasco de l’alliance entre le Mouvement 5 Etoiles de Luigi di Maio et la Lega de Matteo Salvini, la péninsule ronge son frein , certains attendant le prochain rendez-vous électoral pour renverser la situation politique issue de la précédente consultation, d’autres espérant reproduire avec le même succès les conditions favorables à une alliance entre les deux partis populistes. Mais que révèle finalement le cas italien ? Que les partis extrémistes ou populistes progressent en Europe en s’appuyant sur les supposés excès de la politique menée par la Commission européenne et le Parlement éponyme ? Que l’Italie, pays bancal et endetté à hauteur de 132% de son PIB est mûr pour tomber dans l’escarcelle des populistes en question ? Il y a du vrai dans tout cela, c’est indéniable mais en poussant plus loin la réflexion, on peut aussi s’apercevoir qu’une forme de raison a coupé court aux velléités des deux partis en lice.

Viles passions

Le président Sergio Mattarella, considéré comme un ardent défenseur de l’idée européenne, a rappelé aux deux formations qu’il n’était même pas envisageable pour l’Italie, à plus ou moins long terme, de sortir de l’Eurozone, argument qui était devenu l’un des piliers des discours de la Lega et de 5 Etoiles. Mais plus encore, l’exemple italien prouve aussi qu’en dépit de discours faciles et séduisants, prompts à attiser les viles passions, à réveiller des haines cuites et recuites, les partis extrémistes ne sont pas nécessairement en mesure de gouverner et encore moins capables de pouvoir s’entendre sur une ligne directrice fiable à même d’assurer à leurs pays respectifs un avenir serein. Car le développement des thèses populistes et extrémistes, thèses bornées à la seule dénonciation des difficultés rencontrées par tel ou tels pays, ici l’Italie, et de leurs conséquences ne peut servir de base politique quand la situation en Italie ou ailleurs appelle à la mise en place de solutions crédibles pérennes. Le président Mattarella l’a d’ailleurs bien compris. L’alliance de la carpe et du lapin entre la Lega et 5 Etoiles était, qui pouvait croire le contraire, voué à l’échec tant les points de divergence entre eux étaient abyssaux et surtout combien la fragilité de leurs discours respectifs exposaient l’Italie à la méfiance de leurs alliés et l’Union européenne. Certes à ce jour l’Italie est retombée dans le chaos politique (elle en a l’habitude) mais n’est ce pas in fine un mal pour un bien. Le temps que le pays retrouve, souhaitons-le, ses esprits en dépit de la nomination d’un ancien économiste du FMI,  Carlo Cottarelli (Lire l’article sur le monde.fr : Crise politique en Italie : un engrenage infernal) prompt, indirectement à provoquer la ire des eurosceptiques. Le pari est très risqué mais il vaut la peine d’être tenté pense certainement le Président de la République italienne.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.