L’accélérateur de particules

Au lendemain de l’élection présidentielle se posera à la patrie des Droits de l’Homme un choix crucial, entre démagogie et rationalisme. Désormais baignée par un manichéisme destructeur à même d’exposer la République à sa propre survie, la France se retrouve face à un nouveau destin.

Jamais peut-être sous la Vème République élection présidentielle aura revêtu une telle dimension. Si le scrutin de 1981, qui a vu l’élection de François Mitterrand, avait résonné comme un coup de semonce dans des institutions dominées depuis 1958 par la droite républicaine, les autres suffrages se sont finalement révélés et a posteriori assez ternes offrant un clivage gauche-droite devenu aujourd’hui obsolète. Et c’est bien pour cette raison que le rendez-vous de 2022 recèle tous les ingrédients pour rester à part dans l’Histoire de la Vème République. Ici plus d’affrontements policés entre deux blocs, dépassés par la mondialisation et obnubilés par la préservation de l’Etat-Providence sous une forme ou une autre. Ce que révèle l’élection 2022, c’est l’existence de deux classes sociales si tant est que l’expression soit encore d’actualité : La première, populaire, terrienne et attachée à une tradition vécue comme le garant d’une continuité culturelle et historique mise à mal par une mondialisation malheureuse ; la seconde, plus élitiste et européiste, impliquée et investie dans une contemporanéité vécue comme un progrès global, technique ou social.

Chaos ou lumière

L’affrontement de ces deux visions du passé, du présent et de l’avenir exprime de fait une opposition qui pourrait vite à terme se révéler inconciliable car animée par des revendications qui tendent à atteindre à la satisfaction de l’une et de l’autre. Résumer la situation à un combat Tradition contre Progrès serait tout à la fois réducteur et gratuit tant la complexité du débat qui les oppose s’avère des plus délicates. Car au-delà d’une simple confrontation qui s’incarne entre deux candidats, c’est véritablement un choix de société qui se pose à la patrie des Droits de l’Homme. Non que l’élection présidentielle de 2022 accouche du chaos ou de la lumière mais il est certain que le résultat donnera une sévère inflexion à la France et à l’Europe de demain. Matrice de son destin mais aussi, à sa mesure, du continent sur lequel elle est implantée, la France pose par ses choix un certain nombre de directions à prendre ne serait-ce, à titre d’exemple, dans la construction européenne. Longtemps engoncée dans le confort de son histoire, la France est passée en cinq ans dans un accélérateur de particules (Gilet Jaunes, Pandémie et Guerre en Ukraine) qui a révélé les forces et les faiblesses d’un pays aux multiples fractures, sciemment ou inconsciemment, ignorées et pourtant déjà dénoncées en 1995 par Jacques Chirac lors de la campagne présidentielle d’alors.

Nostalgie et modernité

Nation présentée comme sereine et disciplinée, la terre de Voltaire et de Rousseau, est devenue le théâtre d’une scission quasi-manichéenne entre les nostalgiques d’un passé qui n’a jamais existé et les thuriféraires d’une modernité porteuse de tous les progrès. Et entre ? Là se pose un vide aux formes de question sans réponse. Est-ce à dire que le paysage de l’Hexagone a tellement changé qu’il se bornerait à présenter l’apparence d’une lutte larvée entre deux factions aux ambitions opposées ? Pour autant, si le climat sociétal actuel est encore loin de celui qui prévalait au temps des guerres civiles, telles celles qui ont émaillé Rome au premier siècle avant Jésus-Christ, le combat idéologique entre Populares (parti du peuple de Rome) et Optimates (Parti des élites) est lui bel est bien lancé. Et pour mémoire, Rome, incapable de gérer ces conflits fratricides en raison d’institutions dépassées et inadaptées aux évolutions d’alors, avait sombré dans une crise qui a eu raison de la République. Bis repetita ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.