Acte II ou clap de fin ?

Parmi les premiers constats à dresser liés à l’actuelle crise sanitaire, l’accélération du temps politique. Alors qu’en France l’élection présidentielle n’aura lieu qu’en mai 2022, la campagne électorale pourrait soudainement prendre du vitesse inattendue. Explications.

Passée la période estivale, commencera à résonner, certes en sourdine, la musique insistante de la prochaine campagne présidentielle. Les plus détachés de la vie politique française argueront du fait que l’échéance 2022 est encore loin mais les plus investis politiquement sauront rappeler à l’opinion qu’il convient d’y songer dès à présent. Mais pourquoi tant de précipitation ? Parce que depuis le début de la crise sanitaire mondiale, et les conséquences humaines, sociales et économiques que nous connaissons (lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/economie/video), le temps politique s’est soudainement et radicalement accéléré. Jusqu’alors bercé par le ronronnement d’une économie avançant à un train de sénateur, voyant régulièrement son taux de chômage baisser de manière encourageante, validant objectivement par là même la politique engagée par l’exécutif qui faisait mine cependant de ne pas voir émerger de nouvelles égalités, le président de la République Emmanuel Macron a été fauché en plein vol par un virus venu de Chine.

Commentaires et confinement

Entre improbabilité et sidération, Président de la République, Premier Ministre et Gouvernement ont essayé de faire face à la situation en diligentant un confinement massif qui n’a pas fini de générer commentaires et discussions. Il faudra désormais affronter l’après, c’est-à-dire la réaction à moyen et long terme des Français, privés de toutes relations humaines pendant deux mois, voire pour certains (et il est à craindre beaucoup) d’emplois et d’avenir à court terme. Est-ce à dire qu’en France, pays régicide, des têtes devront, au sens figuré, tomber ? Ce qu’Emmanuel Macron pensait être un acte II de quinquennat paisible, voire confortable, à même de faire digérer les réformes engagées et préparer en douceur une potentielle et future campagne présidentielle, va peut-être se transformer en clap de fin. Tout s’y prête : la détérioration de l’environnement économique, un virus insidieux car loin d’être éradiqué, des polémiques par dizaines sur les masques, les capacités d’accueil des hôpitaux, le retour des élèves dans les établissements scolaires…Bref ! Rien ne manquera pour savonner la planche du locataire de l’Elysée. Premier fusible désigné, le Premier Ministre. Mais rien ne le confirme ou ne l’infirme. Celui-ci verra son sort scellé en fonction du succès ou de l’échec du déconfinement. Tout semble donc réuni pour assurer une défaite électorale retentissante aux formes de sanctions.

Union sacrée et prophète

Mais il est aussi probable que la vacuité et la médiocrité des propositions avancées par l’opposition, la faiblesse idéologique des concurrents directs du président, l’urgence sanitaire nationale, l’union sacrée autour du Covid-19, l’action du président Macron à l’échelle européenne pour sauver tout ce qui pouvait encore l’être soient en revanche des armes objectives aptes à réduire la part de responsabilités de l’exécutif. Autres éléments qui pourraient jouer en sa faveur, le fait que jamais dans l’Histoire une telle crise sanitaire, réellement inédite, n’avait bousculé le monde et que Président de la République et Gouvernement ont agi sous la férule d’un conseil scientifique peut-être trop alarmiste pour certains, trop prudent pour d’autres. Seul l’avenir le dira (Lesechos.fr : https://www.lesechos.fr/economie-france) Autre élément, le fait qu’en parallèle, doucement mais sûrement, la responsabilité de la Chine dans la propagation du virus sera certainement évoquée et certainement établie dans la période post-covid-19. Ainsi, prophète serait celui qui saura dire aujourd’hui quel sera l’état d’esprit des Français dans les mois à venir. Une chose est sûre en revanche, le covid-19, au-delà des modifications sociétales qu’il a généré, a aussi modifié le rapport que nombre d’entre nous entretiennent avec la politique qui ne dispose visiblement, in fine, que de peu de moyens face à la Nature.

Note : D’autres articles sont à retrouver en anglais sur le haute-lifestyle.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.