Ça pique ou ça casse

La stratégie de vaccination de masse engagée par l’Union européenne expose Bruxelles à des conséquences tout aussi glorieuses que catastrophiques. Dans un contexte de fébrilité et de fragilité économique extrêmes, la Commission européenne sait que tout échec pourrait remettre en cause le principe d’une gouvernance commune.

Critiquée et vilipendée pour son manque de réactivité dans la mise en place d’une stratégie vaccinale, l’Union Européenne subit depuis le début de la campagne de de vaccination un feu de critiques que la présidente de la Commission européenne, Ursula van der Leyen a tenté d’éteindre (lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/international). L’avenir dira si sa prise de position stoppera les attaques mais il est apparaît aussi que seuls les résultats de la dite campagne serviront de preuves à sa réussite, ou à son échec. Pour autant, loin des commentaires d’essence politique, ou voulus comme tels, il est tout aussi clair que l’Union européenne a tout à la fois beaucoup à perdre et beaucoup à gagner dans cette campagne de vaccination de masse. Beaucoup à perdre car si la propagation du virus n’est pas enrayée avant la fin de l’année civile, voire la période estivale, l’Union sera encore une l’objet de nombreuses critiques mettant en évidence son inertie, son incapacité à résoudre une problématique continentale tout en se voyant accusée d’une part d’avoir échouée dans sa politique d’autre part de rester un foyer viral actif.

Poumon et pertinence

C’est d’ailleurs cette seconde alternative qui pourrait gravement entacher sa réputation. Comptant parmi les trois pôles économiques majeurs mondiaux, avec l’Amérique du Nord et l’Asie, l’Union européenne est aussi, n’en déplaise à ses détracteurs, un poumon financier, industriel, économique et démographique mondial contrarié depuis bientôt un an par le coronavirus. Dire que la crédibilité continentale et internationale de l’Union est engagée est un doux euphémisme au regard du spectre de récession que fait peser un rebond du virus, même à l’échelle régionale. Parallèlement, tout échec de la campagne de vaccination interrogerait sur la pertinence d’une structure commune et de sa gouvernance quand commence à monter dans les rangs des pays européens fatigue, lassitude et colère des peuples devant les mesures toujours plus contraignantes sensées endiguer le fléau. Beaucoup à gagner aussi car dans l’hypothèse où la stratégie vaccinale serait sanctionnée de succès, l’Union européenne pourrait alors présenter ce dernier comme le résultat d’une politique commune sensée et réfléchie, portée par le sens de l’intérêt général.

Approximations et inquiétudes

Mais outre cela, elle serait légitime en affirmant que les choix industrialo-pharmaceutiques ont été les plus efficaces dans une situation pandémique où chaque jour apporte son lot d’approximations. Parallèlement, l’Union européenne, qui sort d’une âpre négociation avec le Royaume-Uni dans le cadre du Brexit, certes marquée par un compromis globalement favorable pour Bruxelles, pourrait aisément utiliser ce potentiel succès pour redorer son blason et reconquérir le coeur d’Européens parfois dubitatifs. (touteleurope.eu : https://www.touteleurope.eu/revue-de-presse/) Certes. Mais tout ces éléments s’inscrivent aussi dans un contexte global de profonde inquiétude de la part d’une Commission européenne et de pays membres tétanisés à l’idée de subir pendant encore de longs mois la menace d’un virus capable de déstabiliser, et pour longtemps, l’économie mondiale. (consilium.europe.eu : https://www.consilium.europa.eu/fr/) Et avancer que la campagne de vaccination de masse s’effectue dans la plus grande fébrilité n’est en rien une forme de spéculation, d’aucuns sur le vieux continent ayant compris qu’il s’agissait de la dernière chance avant un chaos qui ne veut pas dire son nom.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.