Fin d’épisode ou début d’histoire ?

Si la victoire de Joe Biden scelle le départ de Donald Trump de la Maison Blanche, elle n’éteint pas nécessairement la fièvre populiste. Les racines du mouvement mues par l’idée d’une confrontation entre peuples et élites sont à même de donner naissance à une nouvelle forme de populisme, plus sournois car influençant des discours à vocation pondérée.

D’aucuns, et à raison, pourraient penser que la défaite de Donald Trump à l’élection présidentielle sonne le glas du populisme politique qui a prospéré en divers endroits de la planète depuis une dizaine d’années. Etats-Unis, Royaume-Uni, Hongrie, Pologne, Italie sont autant de pays à avoir cédé aux sirènes d’un courant politique mêlant simplifications et exagérations à des fins purement électorales, opposant peuple et élites politiques, économiques ou médiatiques mais sans solutions pérennes pour l’intérêt général (Lire vie-publique.fr : https://www.vie-publique.fr/). Ce sentiment qui vise à penser que le populisme est possiblement en train de vivre ses dernières heures, légitime et compréhensible, doit cependant être pondéré car si les dirigeants populistes sont progressivement amenés à quitter le pouvoir, car incapables, ou à se discréditer au sein des institutions internationales, voire au sein de leur propre pays (il suffit d’apprécier l’ampleur des manifestations pro-avortement en Pologne qui témoignent de l’élan libertaire et démocratique de cette dernière), il est possible que le populisme prenne d’autres formes. Une explication s’impose.

Double crise et complexité

La conjonction actuelle mondiale de la crise sanitaire et économique, la première nourrissant la seconde, le poids et les effets de la mondialisation, pourrait pousser, dans les mois ou les années à venir les populations les plus exposées aux conséquences de cette double crise à, sinon ouvertement opter pour des régimes clairement populistes, mais à se tourner vers des thèses empreintes ou influencées par des discours populistes portées par des candidats ou des partis que l’on qualifiera de modérés ou républicains. Cette insinuation du populisme dans le discours relevant avant tout de l’intérêt général traduirait plusieurs évolutions au sein même de sociétés aujourd’hui à la recherche de sens et de repères. Première d’entre elles, la porosité et la fragilité des discours conventionnels à des thèses qui n’appellent finalement que peu de connaissances de la complexité qui préside à nos sociétés contemporaines. Le raccourci politique, servit par des thèses conspirationnistes ou complotistes dont le populisme sait faire ses choux gras, menace partis et organisations reconnus pour leur pondération mais souvent en peine à résoudre les équations sociétales. Deuxième évolution, celle de populations en quête de solutions et de réponses à leur mal-être, que celui-ci soit social ou économique. Le populisme, qui prospère avant tout sur la peur de l’inconnu et du lendemain, dans l’idée d’un ennemi incarné par des élites politiques égoïstes, trouve dans les interrogations de notre époque un terreau fertile à sa croissance.

Influence et renouvellement

Ainsi, le départ quasi-certain de Donald Trump de la présidence des Etats-Unis, marque certes la fin d’une période que les historiens auront pour tâche de qualifier dans les années à venir, mais ne scelle pas nécessairement celle du populisme. L’épisode Donald Trump a mis en évidence le fait qu’un pays à l’influence globale pouvait céder à la tentation populiste (Lire Esprit.presse.fr : https://esprit.presse.fr/article), accréditant ainsi la possibilité d’une gouvernance de cet ordre. Or, le départ de celui-ci, qui ne clôture pas nécessairement l’expérience, ouvre peut-être une ère de turbulences politiques où le populisme, capable de se renouveler, ce qui est d’ailleurs sa force, cherchera par les moyens à sa disposition à s’imposer directement ou indirectement. Plus que de discours novateurs, c’est probablement de prudence qu’il faudra faire preuve dans les années à venir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.