Benjamin Griveaux, l’hubris brisé

Les révélations à caractère sexuel ayant poussé Benjamin Griveaux à retirer sa candidature aux élections municipales à Paris en mars prochain offrent aussi au Président de la République l’opportunité d’écarter sans frais un homme convaincu de son destin. Explications.

Peut-être se voyait-il déjà maire de Paris ? Lui l’ambitieux, le fils spirituel souvent sentencieux, irritant de perfection, au mot souvent juste et la faconde toujours d’à propos face aux journalistes les plus rompus à la chose politique. Seulement voilà ! Benjamin Griveaux ne sera pas maire de Paris. Et il est probable qu’il ne soit plus rien pendant quelque temps. L’enfant prodige de la macronie, qui visait l’Hôtel de Ville en attendant plus grand, a tout simplement explosé en vol, désintégré par des révélations aussi crasses que vulgaires. Inutile de revenir sur les détails scabreux d’une affaire qui embarrasse un personnel politique bien discret depuis la diffusion des vidéos coupables (lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/politique/article) . Une vraie tragédie grecque ! De celles où le destin d’un homme se brise sous la colère des dieux, agacés par un hubris démesuré ! Pour autant, l’essentiel n’est pas là car ce scandale, qui finira par s’éteindre comme tous les scandales, est aussi porteur de conséquences politiques non négligeables. Une explication s’impose. Jusqu’alors fidèle parmi les fidèles, Benjamin Griveaux, pouvait s’enorgueillir de la confiance d’Emmanuel Macron. Rare et précieux….

Héraut et incontournable

Patient et dévoué, prêt à défendre coûte que coûte la politique engagée par le Président de la République, l’homme était devenu le porte-parole du Gouvernement, le héraut de la parole présidentielle. Pourtant, cette fidélité que le premier personnage de l’État appréciait, et apprécie certainement encore, avait, comme tout, des limites. Et la candidature de Benjamin Griveaux à la Mairie de Paris en marquait la première. Pourquoi ? L’ambition politique et l’attrait pour le pouvoir nourris par Benjamin Griveaux ne pouvaient le contenir dans un rôle de second, ou pire, de faire-valoir. Certes l’ex-candidat à la Mairie de Paris ne se serait jamais présenté en rival direct du président en 2022 mais il aurait, certainement, Emmanuel Macron réélu ou pas, et en toute indépendance, tracé sa route, posé ses jalons pour à terme viser autre chose que le rôle de premier édile parisien pour ainsi devenir incontournable voire incontrôlable dans un parti protéiforme et globalement mal structuré. Concrètement, si la perte de Benjamin Griveaux dans les eaux noires d’un scandale graveleux est un coup porté à la République en Marche et au Président qui soutenait activement cette candidature, elle est aussi pour ce dernier et sa garde rapprochée le moyen d’évincer un potentiel trublion. Car en politique, il n’y a pas pire ennemi que ses proches amis, de ceux qui un jour en appellent à la gratitude de celui qu’ils ont patiemment et silencieusement servi.

Univers et mauvaise passe

Avancer que la désintégration politique de Benjamin Griveaux est pour la République en Marche et Emmanuel Macron la bienvenue serait faux. Celle-ci n’était ni attendue ni espérée mais elle rebat singulièrement l’univers macronien en l’affranchissant d’un ambitieux déclaré. Répétons-le, Benjamin Griveaux ne se serait jamais présenté à l’élection présidentielle de 2022. Mais élu à la Mairie de Paris, celui-ci aurait certainement tourné son regard vers l’Elysée dès 2027. Pourtant, l’élection de Benjamin Griveaux à l’Hôtel de Ville parisien en mars prochain, qui n’avait rien d’évidente au regard des sondages le plaçant en troisième position, aurait vraisemblablement donné une bouffée d’air frais à un pouvoir dans l’oeil du cyclone, le scandale en cours ne faisant que confirmer cette mauvaise passe. Cette élection aurait permis, même de manière symbolique et indirecte, de légitimer la politique menée par le Président de la République. Mais désormais, la macronie devra composer sans Benjamin Griveaux. Et la classe politique française de voir disparaître un prétendant à la fonction suprême…Cela rappelle quelqu’un ? Mais qui… !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.