Simple mortel… ! Hélas pour lui !

La chute du Président Macron dans les sondages est un signal d’alerte lancé au chef de l’exécutif mais révèle aussi la fin inéluctable de l’état de grâce d’un homme confronté à une réalité longtemps occultée par une réussite insolente.

Le Président Macron serait-il rentré dans le rang ? Portée par une élection triomphale et par une conjoncture économique des plus favorables, voilà que depuis le début de l’été la machine jupitérienne semble s’être enrayée. Visiblement, l’hydromel a un goût de rance ! Celui qui voulait incarner le nouveau monde au détriment de l’ancien (l’expression est d’ailleurs discutable…!) s’est vu rattraper au début de l’été par toute une série d’affaires et autres problèmes divers dont il se serait allègrement passé. Mais oups ! Voilà que les Gaulois réfractaires et les frasques (intolérables!) d’Alexandre Benalla sont venus obscurcir le ciel élyséen. Pour peu que Gérard Colomb en rajoute une couche…! A cela s’ajoute aussi un ralentissement de la croissance économique et des prévisions plus faibles que prévues en la matière. Donc autant d’éléments qui risquent de renvoyer le président à une réalité plus terre à terre et pour le moins pragmatique de la situation et de la sienne en particulier. Dire que le Président Macron est rentré dans le rang est peut-être excessif, d’ailleurs mieux vaut pour lui qu’il n’y rentre pas trop car c’est de son originalité qu’il tire sa force et sa présence au plus haut sommet de l’Etat.

Nature et routine

Pour autant, une chose est sûre, l’ancien monde s’est rappelé à lui et l’Etat de grâce a vécu. Tout comme il a vécu pour ses prédécesseurs qui ont fini leurs mandats respectifs à genoux. Rien ne prédit que le locataire de l’Elysée subira la même fin mais un regard rapide et furtif des sondages montre qu’à peu près 30% des Français lui font confiance (Lire l’article dans lemonde.fr : Face aux difficultés, Emmanuel Macron fait son mea-culpa ). Cela dit avec 30% des voix, on peut atteindre le second tour d’une élection présidentielle mais ce n’est pas (encore…!) le sujet et la comparaison facile. Emmanuel Macron est aujourd’hui dans le dur de son mandat, à l’heure où les résultats se font attendre et où les réformes doivent dès à présents porter leurs fruits. Il doit expliquer, encore et encore, convaincre pour gagner la confiance et agir pour la conserver. De jupitérien, l’homme est passé au statut de demi-dieu avant, la nature est cruelle, de redevenir le simple mortel qu’il a toujours été. Ce qui au demeurant pourrait être un atout, voire une justification, fallacieuse et discutable convenons-en, à l’inertie ou l’échec de certaines réformes présentes ou à venir. Il était inévitable, attendu au tournant par ses opposants, que le quotidien et la routine s’invitent un jour à la table du succès rendant ce dernier soudainement plus amer. Emmanuel Macron fait les frais non pas d’un début de quinquennat manqué, seule l’Histoire dira s’il l’a été, mais de la logique du pouvoir qui érode et abîme ceux qui le détienne. Lui souvent taxé d’arrogance, certainement naturelle et servie jusqu’alors par un insolente réussite, voit son aura se flétrir car victime de la banalité. Bref ! Bienvenue sur Terre Monsieur le Président !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.