Phénomène de mode ou tendance durable ?

Mouvement ancien amené à resurgir à la faveur de la crise migratoire, l’identitarisme semble renaître, aidé par les mouvements populistes. Mais sa résurgence, qui pourrait se confirmer dans le temps, n’est pourtant pas inéluctable.

Etats-Unis, Hongrie, République Tchèque, Autriche et désormais Italie, autant de pays qui, apeurés par l’afflux de migrants ou ses conséquences supposées, ont opté pour la voie populiste avec l’espoir de voir la question migratoire réglée. Pourtant, s’il est indéniable que le nombre de migrants ayant traversé la Méditerranée ou le Rio Grande entre les Etats-Unis et le Mexique est en augmentation, ces flux n’ont pas bouleversé les assises sociales et économiques des pays concernés au point de remettre en cause leur mode de fonctionnement. Seules 3,4% de la population mondiale sont amenées à se déplacer dans le monde (Lire l’article sur tdg.ch : Il y a 258 millions de migrants dans le monde ). Et les gesticulations enfiévrées des dirigeants populistes ne seront jamais que des cautères sur des jambes de bois. Mais pour autant, la question migratoire a eu pour effet de mettre en évidence un phénomène, non pas nouveau car déjà ancien dans l’Histoire des peuples, mais qui a soudainement resurgi, à la faveur de peurs nouvelles, très souvent infondées, à savoir l’identitarisme ou réflexe identitaire. Et il n’est exagéré de penser que l’identitarisme sera certainement le mouvement, sinon l’un des mouvements forts du XXIème siècle. Et que le combat s’annonce rude.

Dilution et altruisme

Plusieurs raisons peuvent l’expliquer, essayer en tous cas. La crise migratoire certes mais celle-ci n’est qu’un révélateur ponctuel qui, répétons-le, trouvera son épilogue dans la progressive intégration des populations arrivées sur le sol européen ou ailleurs. Les autres raisons sont à chercher dans le sentiment, impalpable et ressenti par certains, de dilution d’une identité, d’une culture ou d’une forme de vie commune. Le républicanisme néo-conservateur et le catholicisme traditionaliste, évoqués par Danièle Sallenave (Lire l’article sur lemonde.fr : Danièle Sallenave : « L’identitarisme est la maladie du XXIe siècle » ) jouent aussi un rôle clef dans l’exacerbation de ce phénomène. Ce sentiment, renforcé par les coups de boutoir d’une mondialisation croissante et macrocéphale, dont il faut cependant limiter les effets dans ce même sentiment et dans la réalité des faits, tient avant tout de peurs profondes nourries par certaines catégories de populations : souvent acculturées, peu enclines à l’altruisme, obnubilées par la réussite matérielle et financière, adeptes d’une diplomatie forte et sans concessions ou la fermeté (parfois la plus absurde à l’image de celle voulue et développée par Donald Trump ou Matteo Salvini en Italie) l’emporte sur le dialogue. L’autre frange serait a contrario bien plus versée dans le débats d’idées, celui où la laïcité serait quelque part dévoyée pour offrir un cadre de réflexion prétendument salvateur mais qui se révèle en réalité une justification toute trouvée à un conservatisme lourdement ancré, visant ainsi des communautés bien définies, à savoir celle optant pour l’islam comme religion.

Générations perdues ?

Passé le constat et l’analyse, reste à savoir si cette l’identitarisme perdurera, combien de temps et sous quelles formes ? Premier rempart : l’éducation des générations à venir à qui les notions d’altruisme doivent être nécessairement inculquées. Est-ce à dire que les générations passées ou actuelles sont perdues ? La question reste entière. Autre rempart à l’identitarisme : la nécessaire prise de conscience des pays concernés au premier plan, non pas par une fermeture simple et définitive des frontières (car une frontière se contourne…) mais par le développement de politiques d’accueil concertées qui répartissent, selon les moyens de chacun, les migrants et ce en vue d’une intégration pleine et entière. Certes l’expérience a été tentée au sein de l’Union européenne et s’est vue sanctionnée par le refus de certains membres. Mais la question migratoire, et par là même son opposé réfractaire qu’est l’identitarisme, ne se régleront ni l’un ni l’autre par la brutalité du refus ou du déni. Comme souvent dans son Histoire, l’Humanité est confrontée à des crises diverses qui doivent non pas la diviser mais au contraire développer le terreau d’une solidarité nouvelle. Car pour simple information, nous vivons tous sur la même planète…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.