Et ainsi naquit l’Homo consomminus

Confrontées à une crise de leurs modèles économiques, nos sociétés contemporaines devront inventer de nouveaux modes de consommation en adéquation avec le XXIème siècle. Explications.

L’annonce par Alexandre Bompart, Président-Directeur-Général du Groupe Carrefour, de la suppression prochaine de 2.400 emplois associée à la fermeture de plusieurs sites de distribution et le lancement d’investissements à venir dans le e.commerce (lire l’article dans lesechos.fr : Carrefour : les mesures phares de Bompard) traduit nombre de mutations à même de s’interroger sur le devenir de nos modes de consommation. Inutile ici de s’attarder sur les détails de ce plan propre au neuvième distributeur mondial mais intéressons nous plutôt aux évolutions sous-jacentes qui ont poussées le distributeur à de telles décisions. D’aucuns argueraient, et à raison, de la toute puissance d’internet qui a révolutionné le commerce dans son ensemble. D’autres, toujours à raison, invoqueraient la crise réelle de l’hypermarché car trop grand, trop anonyme,..etc. Les plus pessimistes y voient la fin programmée à longue échéance de la grande distribution (pourtant inventée par les Français dans les années soixante pour ensuite se répandre à la surface du globe).

Obsolètes et débilitantes

Tous ces arguments sont valables et pertinents mais à l’heure où la superficialité et la médiocrité (dont pourrait aussi aisément traiter ces quelques lignes) semblent être devenues des modes de fonctionnement récurrents pour une grande partie de nos sociétés contemporaines, la crise traversée par le distributeur français, et d’autres certainement qui préfèrent peut-être taire pour l’heure leurs difficultés, illustre peut-être la volonté de rompre avec des pratiques jugées désormais obsolètes et débilitantes mais aussi la crise de modèles économiques désormais dépassés. Rassurant ? Oui et non. Oui car le rituel du pèlerinage hebdomadaire dans les grandes enseignes de distribution qui prévaut encore aujourd’hui est devenu pour nombre d’entre nous aussi épuisant que vide de sens. A l’heure où le commerce en ligne offre tout, pourquoi encore se rendre dans les temples de la consommation aveugle où s’entasse un public blasé et dont l’imagination a été sapée par l’abondance de biens (même si celle-ci ne nuit pas !) ? Parallèlement, les crises sanitaires à répétition (l’exemple Lactalis en est le dernier exemple en date) poussent le citoyen-consommateur à la prudence, voyant peut-être dans la grande distribution un acteur peu regardant sur le contenu de ses rayonnages. En outre, le romantisme qui entoure le principe du circuit-court (absence d’intermédiaires entre consommateurs et producteurs) au point d’en faire une réalité, sinon dangereuse pour la grande distribution du moins un élément à ne plus négliger (lire l’article sur l’expansion.l’express.fr: Les hypers lorgnent le marché naissant des « locavores ») , a fini par convaincre un nombre croissant de consommateurs soucieux de s’extraire de la logique abrutissante de la consommation de masse.

Civilisation et innovation

Mais tous ces arguments ont aussi leurs pendants négatifs. Au premier rang d’entre eux une question : si la grande distribution marque le pas (sans être amenée à mourir demain) qu’est-ce qui la remplacera ? Les circuits-courts aussi séduisants soient-ils ne sont pas capables de nourrir la planète entière. Le bio ? Trop limité dans ses capacités de productions même si elles restent à étudier. Les crises sanitaires ? Tout aussi déplorables et inquiétantes qu’elles puissent être, elles se reproduiront fatalement tant la masse alimentaire à pourvoir est gigantesque. Alors se pose la question simple de la création d’un nouveau modèle de consommation qui peut certes passer par internet ou les circuits-courts mais pas uniquement. « Lesquels alors ? » questionneraient certains. Et bien c’est le propre de chaque civilisation, aux heures clefs de son histoire d’inventer, de créer, et d’innover, ici de générer de nouveaux modes de consommation. En un mot repenser un homo consomminus du XXIème siècle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.