La guerre psychologique de l’Etat Islamique

guerre-psychologique-2
Généraliser la peur et la crainte d’une attaque terroriste n’importe où et n’importe quand constitue pour l’Etat islamique une première victoire.

Le nouvel attentat perpétré par Daech confirme la capacité de l’organisation terroriste de frapper à sa guise en instaurant un climat de guerre et de tension psychologique usant. Et accepter la fatalité de l’horreur ne serait-il pas une première victoire pour les terroristes ? Explications.

L’Etat islamique a encore frappé. Date symbolique et lieu festif ont été sa cible. Dans l’escalade de violence et de morts à laquelle s’adonne l’organisation djihadiste, voilà une information qui revêt presque un caractère banal et usuel tant le Monde s’est malheureusement fait à l’idée qu’attentats et autres crimes ponctueraient encore 2017 et les années à venir. Et le drame n’est-il finalement pas là ? Dans cette sorte de fatalité et d’habitude que nous avons pris à accepter l’horreur et le sang comme des éléments constitutifs de nos vies respectives ? Le penser ne serait-il pas un premier pas vers la une forme de capitulation sordide qui tendrait à faire croire aux barbares de Daech qu’ils ont gagné la guerre psychologique à défaut de gagner la confrontation militaire. Car il s’agit bien, en marge des opérations militaires menées au Moyen-Orient, d’une guerre psychologique. Faire régner la peur et la crainte de surprendre n’importe qui n’importe où par une attaque terroriste aussi soudaine que meurtrière. La question de la résilience chère à Boris Cyrulnik, n’est-elle pas au cœur de ce défi qui nous est posé ? Sur le terrain, certes l’Etat Islamique recule, régulièrement ses chefs locaux sont éliminés par les frappes de la coalition et il n’est pas impensable que d’ici un à deux ans, l’Etat islamique et ses territoires soumis ne seront plus qu’un mauvais souvenir. Mais, et c’est là que réside la force de cette organisation, restera le discours et la capacité de celui-ci à embrigader des âmes faibles et perdues dans une logique destructrice.

Permanence et capacité

A l’arrivée, et il ne s’agit pas ici de minimiser les souffrance endurées par les populations soumises à Daech, loin s’en faut, mais le combat psychologique livré à l’organisation se poursuivra bien après la fin des hostilités physiques. L’Etat Islamique dispose en effet d’un réservoir de combattants externalisés partout dans le Monde, issu certes de milieux sociaux identifiables, mais qui représentent une menace dormante. La radicalisation via internet, redoutable outil, ou via d’autres moyens ne s’arrêtera pas une fois les territoires perdus reconquis. La permanence du discours haineux, sa capacité à traverser et convaincre des franges sociales affaiblies, défavorisées ou exclues perdurera. Pour oser une métaphore médicale, si la tumeur maligne sera extraite et détruite, resteront les métastases. Comment alors résoudre ce défi, car c’en est un véritable, qui se pose à l’Humanité ? Elles pourraient être d’abord d’ordre économique et sociale mais si l’on ne décrète pas la croissance, il est tout aussi difficile de décréter le bonheur. Cette guerre psychologique à laquelle Daech se livre ne serait-elle pas aussi un cruel avatar de la crise sociale qui traverse nombre de sociétés contemporaine ? Perte de confiance en des élites dépassées et refermées sur elles-mêmes, impasse économique qui sanctionne les limites du libéralisme, du néo-conservatisme ou du néo-libéralisme, fragmentation du corps social au profit de réflexes individualistes sont autant d’éléments, entre autres, à même d’expliquer la poussée des thèses défendues par Daech dans certaines catégories sociales qui ne perçoivent aucune issue à leur destin. Crise civilisationnelle ou simple passage à vide ? Seule l’Histoire le dira mais pour l’heure il est évident que nous continueront à pleure nos morts tant que nous n’accepterons pas de regarder en face les carences et les lacunes de nos systèmes qui sont autant, à leur échelle, de bombes à retardement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.