Le covid-19 et le triptyque

Si l’arrivée d’une nouvelle vague épidémique s’avère chaque jour plus certaine, celle-ci contribuera à alourdir un constat déjà violent où se côtoient faiblesses des systèmes de santé, lenteur d’intégration des réalités environnementales et omnipotence coupable des flux mondialisés.

Bien que le Gouvernement, par la voix du Premier Ministre Jean Castex, ait réfuté tout nouveau reconfinement général, propos par ailleurs confirmés par le Président de la République, se pose désormais, en dépit des intentions et des plans affichés pour sauver l’économie française, la gestion de la seconde vague épidémique qui semble progressivement se dessiner dans l’Hexagone. Que faire ? L’équation tant à l’Hôtel de Matignon qu’au Palais de l’Elysée semble insoluble car si une deuxième vague devait véritablement se déclarer, quid de l’accueil des futurs patients dans les hôpitaux ? (lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/planete) Rappelons que le confinement général décrété le 16 mars dernier a été décidé, certes pour limiter la propagation du virus, mais surtout pour éviter une saturation des services de réanimation des hôpitaux qui avaient manqué de très peu une situation d’engorgement lourd de conséquences, non sans épargner des personnels soignants encore très éprouvés par les effets de la première vague.

Limites et épouvantail

Car la crise sanitaire actuelle a su révéler les limites de nos infrastructures sanitaires à qui l’on a préféré, et à raison, éviter un afflux massif de patients sans pour autant, au lendemain de la première vague, exposer clairement solutions et financements à l’appui afin de faire face à une autre vague. L’exceptionnalité du virus, tant dans sa diffusion que dans sa forme, ne doit pas pousser à imaginer qu’il restera un cas isolé dans l’Histoire de l’Humanité. Et occulter que d’autres crise sanitaires pourraient dans les années, voire plus simplement dans les mois à venir, à nouveau frapper la planète, serait une erreur aux conséquences encore insoupçonnées. Le réchauffement climatique et le dégel progressif du permafrost (zone de gel permanent, imperméable car gelé, qui se situe dans les régions arctiques du globe et représente environ 20 % de la surface de la Terre) font ici figures d’épouvantail à l’échelle planétaire car chacun d’eux renvoient nos sociétés à des réalités devant désormais servir de modèles de pensées et non plus de références lointaines. Les réservoirs à bactéries qu’abritent ces zones polaires ne doivent en rien être négligés car les dites bactéries, endormies depuis des milliers, voire des millions d’années, pourraient aisément se réveiller et causer l’apparition de pandémies peut-être plus mortifères que le covid-19. (Lesechos.fr : https://www.lesechos.fr/idees-debats) En outre, les dynamiques économiques et humaines propres à la mondialisation ont, la crise du printemps l’a démontrée, favorisé la propagation du virus à l’échelle planétaire.

Défi et coup de semonce

C’est donc un triple défi qui se pose l’Humanité et non pas seulement à la France ou à tout autre pays : Repenser les systèmes de santé afin d’être en mesure d’affronter tout type de crises sanitaires à venir, intégrer dans les politiques publiques la donnée environnementale de manière beaucoup plus avancée qu’à l’heure actuelle au point de l’ériger en priorité et non plus en aspect secondaire, repenser les schémas de la mondialisation en s’interrogeant sur la pertinence de certains flux. Certes d’aucuns argueront, et à raison, que ce triptyque de mesures a déjà été initié, mais à un rythme encore trop lent. Bousculer la planète entière en l’espace de quelques mois n’est en rien une sinécure car les oppositions sont, en plus, nombreuses et arrêtées mais n’appartient-il pas à l’Humanité, qui l’a déjà démontrée dans le passé, de faire fi de ces réticences pour assurer son avenir. Le covid-19, pandémie qui finira à terme par se résorber, n’est en fait que le premier coup de semonce d’une histoire bactériologique qui elle ne fait que commencer. Affirmer que le Monde est sur le point d’entrer dans une nouvelle ère ne relève ni de la spéculation ni de la divination mais bien du constat. Et porter un masque à longueur de journée, même si la mesure est éminemment utile et nécessaire pour tous, elle n’entravera en rien l’ouverture de cette nouvelle ère.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.