Le cataclysme et la souris

Au lendemain du scrutin européen, si l’heure est à l’adaptation de l’Union aux attentes des citoyens, en France le temps ne semble pas être contraint, l’Elysée comptant même accélérer le train des réformes.

Passées les réactions diverses et variées sur les résultats des élections européennes, qui n’ont finalement pas révélé de surprises particulières ou donné lieu à de quelconque cataclysme (lire l’article lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/05/28/elections-2019-apres-les-crises-a-repetition-un-sursaut-du-sentiment-europeen_5468497_3210.html ), institut de sondages et Etats-Majors politiques ayant anticipé la montée des partis d’extrême droite et populistes à l’échelle européenne, se posent désormais les questions de l’après rendez-vous électoral. Premier constat porteur d’interrogations, même contenue au sein du Parlement européen, l’extrême droite européenne effectue une poussée qui inquiétera tout démocrate qui se respecte. Et, c’est la question qui se pose, quel projet l’Union européenne doit-elle mettre en œuvre pour réconcilier une partie des européens avec l’Union et donc faire retomber la fièvre populiste.

Test et pertinence idéologique

Le chantier est immense et multiple car les motifs de désamour entre l’Europe politique et ses citoyens sont nombreux mais pas insolubles. Deuxième interrogation, pourquoi certains pays ont su endiguer la poussée populiste comme l’Espagne ou le Portugal ? Il ne serait pas déplacé de s’intéresser au fonctionnement de ces deux pays de l’Europe du Sud pourtant durement frappés, bien plus que d’autres, par les conséquences de la crise de 2008. Enfin, en France, une analyse plus fine s’impose et pour cause. Les résultats obtenus par les deux partis sortis largement en tête, avec un avantage qui n’a rien d’extraordinaire pour le Rassemblement National (23,3%) sur La République en Marche (22,4%), interrogent sur la suite à donner par Emmanuel Macron à son quinquennat. Ce scrutin européen, présenté comme un test de mi-mandat, voire comme un référendum déguisé à la politique menée depuis deux ans, a accouché d’une souris. Le rapport de force établi lors de l’élection présidentielle de 2017 s’étant confirmé, plus par l’absence de discours politiques crédibles hors des deux partis que par la pertinence des lignes idéologiques affichées par l’une et par l’autre formations, il n’apparaît pas obligatoirement nécessaire au Président de la République changer radicalement de politique si ce n’est de renforcer son action en faveur de l’environnement, pression écologique électorale oblige. Et encore ! Car si le score obtenu en France par Les Verts est honorable (13,3%), celui-ci est regardé avec attention car largement supérieur à celui des formations politiques – Parti Socialiste et Les Républicains – totalement décrochés mais n’est en rien un résultat à même de conférer à la formation écologiste un statut de juge de paix.

Gilets Jaunes et surdité

Ainsi, quelles conclusions en tirer ? Tout d’abord, qu’en dépit d’un score élevé, proche de celui obtenu lors des élections européennes de 2014, le Rassemblement national (alors Front national), ne parvient pas à distancer LREM, ce qui tendait à prouver les limites de son discours et surtout son influence sur le corps électoral. Ensuite, que le parti présidentiel a globalement bien encaissé le choc du scrutin et in fine peu souffert de la crise sociale latente des Gilets Jaunes qui reste un problème franco-français loin des préoccupations qui agitent le Parlement européen ou la Commission. Autant d’éléments qui pourraient renforcer la position du président de la République peu convaincu que d’autres options soient à ce jour possible. Surdité politique ? D’aucuns le penseraient mais au vu des résultats enregistrés par LREM, fort des conclusions du Grand débat mené pendant l’hiver et une partie du printemps, l’Elysée pourraient même accélérer le train des réformes. Loin des résultats des élections européennes…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.