Elections ou référendum ?

Si la sortie du Royaume-Uni de l’Union Européenne semble hautement probable, la demande d’un report long pourrait transformer les élections européennes en Grande Bretagne en référendum déguisé et propice au pro-européens.

A quel jeu Theresa May, premier ministre britannique, joue-t-elle ? Alors que la date butoir du 12 avril approche à grands pas, celle à laquelle Union Européenne et Royaume-uni doivent se séparer, en bon ou mauvais termes, voilà que la locataire du 10, Downing Street se trouve dans la possibilité, afin d’éviter tout chaos politique, de demander un report long du Brexit. Celui-ci pourrait alors trouver son terme en 2020 avec l’accord de l’Union Européenne et l’obligation pour le Royaume-Uni d’organiser un nouveau référendum sur le maintien des Britanniques dans l’Union et de nouvelles élections générales. (Lire l’article sur lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/03/les-cinq-scenarios-du-brexit_5445171_3210.html) L’idée n’est pas sans conséquences et Theresa May sait que cette alternative pourrait éviter bien des maux à l’Albion au premier rang desquels une sortie calamiteuse de l’Union, synonyme d’avatars divers et variés (droits de douanes, contrôles aux frontières, coopération,…).

Participation et référendum

Mais dans l’immédiat, une telle décision verrait surtout les Britanniques participer aux prochaines élections européennes à venir en mai prochain ce qui pour un pays officiellement sur le point de quitter l’Union relèverait du paradoxe et non des moindres. Ce qui se traduirait par l’envoi de députés britanniques au parlement, par la nomination de commissaires britanniques au sein de la Commission,…. ! Pour autant cette participation pourrait ô combien servir les partisans pro-européens et, par le jeu de circonstances heureuses, le Premier ministre britannique car en cas de forte participation, le taux de participation en question se transformerait en référendum pro-européen déguisé qui révélerait l’attachement d’une catégorie de Britanniques à l’Union dont certains manifestent bruyamment leur amour au drapeau européen depuis plusieurs semaines désormais. En cas de faible participation, et les scrutins européens ne sont pas à même de mobiliser les corps électoraux, Theresa May aborderait les mois à venir, si celle-ci devait rester aux affaires, dans une position des plus délicates et des plus inconfortables, car le Brexit deviendrait alors inévitable quand il apparaît aujourd’hui encore comme un horizon fort probable mais non absolument certain. Situation des plus complexes qui à elle seule témoigne de toutes les ambiguïtés sur lesquelles se sont construites les relations entre l’Union Européenne et le Royaume-Uni, une sorte de « je t’aime moi non plus » tout à la fois pervers et malsain qu’il s’avère peut-être désormais urgent de solder et ce à plusieurs titres.

Contraintes et acceptations

Ainsi, en cas de maintien dans l’Union Européenne, le Royaume-Uni se trouverait dans l’obligation d’accepter nombre de règles européennes (Euro compris) perçues jusqu’alors comme des contraintes ayant motivé la volonté d’une partie de la population de sortir du giron de Bruxelles et du Parlement. Et que dire des autres pays composant l’Union ? Sont-ils ou seront-ils d’accord pour accepter un nouveau report, a fortiori jusqu’en 2020 ? (Lire lesechos.fr : https://www.lesechos.fr/monde/europe/brexit-les-europeens-maintiennent-la-pression-1006393) Il apparaît aussi évident qu’un ensemble tel que l’Union européenne ne peut au regard de la situation internationale, animée de concurrences féroces, continuer à avancer avec la question du Brexit en suspend, quand bien même un nouveau référendum viendrait-il consacrer ou confirmer la sortie du Royaume-Uni du l’Union Européenne. Et à ce jour une chose semble sûre : le Royaume-Uni sortira de l’Union européenne….ou pas… !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.