L’homme qui tomberait à pic

fh3Si le chef de l’Etat ne s’est pas encore exprimé sur sa candidature en vue du scrutin présidentiel, imaginer un renoncement de François Hollande n’est pas exclu. Mais un tel scénario ne serait-il pas chez le Président actuel un calcul politique à long terme ?

Et si François Hollande ne se présentait pas à la Primaire socialiste ? Certains le lui conseillent d’ailleurs telle Marie-Noëlle Lienemann (voir article sur lepoint.fr: la candidate PS Marie-Noëlle Lienemann déconseille à François Hollande de se présenter) Coup de tonnerre dans le landernau politique qui s’en remettrait certes mais qui créerait un précédent. François Hollande deviendrait alors le seul président sous la Vème République à renoncer à briguer un second mandat, restant par la même dans l’Histoire à ce titre. Mais avant de feuilleter les pages qui lui seront un jour consacrées dans les manuels scolaires, interrogeons-nous sur les conséquences de cette non candidature. Sonné le Parti socialiste enverrait le vainqueur de la Primaire en découdre. Hamon, Montebourg, Valls,… Les prétendants ne manquent pas à défaut de programmes présidentiels crédibles et, qui plus est, divergents sur bien des points. Donc, le vainqueur de la consultation interne partirait ferrailler contre le vainqueur de la Primaire des Républicains et contre Marine le Pen. La partie ne serait en rien aisée et relèverait presque, au regard de l’état actuel de l’opinion, du sacrifice, voire d’un départ pour l’abattoir. Passons sur les résultats de l’élection présidentielle en tant que telle car si déjà le candidat socialiste devait être présent au second tour, un demi-miracle se serait alors réalisé. Point de mauvais esprit dans ces lignes mais un simple constat de fait : Parti socialiste, Gouvernement et Président de la République sont si déconsidérés que batailler en finale contre le représentant des Républicains ou Marine Le Pen serait assimilé à un exploit qui laisserait, de fait, la porte ouverte à toutes les hypothèses.

Renoncement et aura

Et François Hollande dans tout cela ? Que deviendrait l’homme qui a enflammé le Bourget en janvier 2012 pour damer le pion quelques mois plus tard à Nicolas Sarkozy. Retraite heureuse en Corrèze, strapontin au Conseil constitutionnel, ou plus improbable, travailler à la reconstruction du Parti socialiste, ou comme le fit Nicolas Sarkozy, d’un parti qui lui serait totalement affidé ? L’idée n’est pas si saugrenue que cela car en politique comme ailleurs, l’on est jamais bien aussi servi que par soi même. Alors à renoncer en 2017, pourquoi renoncer en 2022, a fortiori si la gauche est exclue des affaires. En créant son propre parti, François Hollande pourrait s’affranchir de toute consultation interne, chose qui faciliterait ô combien la désignation du candidat. L’Histoire écrira ou non cette page de la gauche française même si la probabilité d’un tel scénario reste faible. Mais renoncer aujourd’hui c’est aussi le moyen de laisser à son successeur les problèmes en cours ou à venir et surtout laisser à l’opinion le temps de comprendre combien les réformes de son quinquennat ont eu des conséquences au long cours. Combien la social-démocratie avait besoin de temps pour s’insinuer dans l’esprit des Français et devenir le référentiel de fonctionnement politique du pays. Pari risqué et osé mais l’homme sait comme un culbuto, se tenir debout en dépit des aléas. Chancelant certes mais debout ! Car là encore, en cinq ans nombreux sont les rebondissements et les événements susceptibles d’animer la vie politique. Qui, il y a encore de cela deux ans, voire un an seulement, aurait parié voir Alain Juppé, baron déchu de la Chiraquie et rangé sur l’armoire du Ministère des Affaires étrangères sous l’ère Sarkozy devenir un redoutable prétendant à la charge suprême ? Rares sont ceux aujourd’hui à avouer que le maire de Bordeaux avait encore des chances…Hypocrisie bon teint. Basse mais explicable à l’heure où va commencer la distribution officieuse des postes et des charges. Bref ! Au regard de ce scénario qui tient à ce jour de la fiction, François Hollande reviendrait alors en 2022 auréolé d’une aura de visionnaire, de héros magnanime pour le peuple qui l’avait décrié cinq ans auparavant. Car c’est bien connu, les génies sont toujours les incompris de leurs contemporains. Sauf que, hélas, les génies sont parfois compris après leur disparition ou emportés par le flot tumultueux d’affaires politico-financières aussi obscures que cruelles….Mais nous n’en sommes pas là. Pas encore…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.