L’otage, la tentation et la faute

Investie candidate du parti Les Républicains, Valérie Pécresse devra composer avec les tendances les plus droitières de sa formation. Tout en refusant pour l’heure une compromission facile et totale, la présidente de la région Île-de-France risque pourtant de devoir se résoudre à la tentation identitaire. si elle souhaite conserver ses chances de victoire en mai 2022.

En annonçant vouloir réunir toutes les sensibilités politiques de la droite française, Valérie Pécresse, fraîchement élue pour représenter le parti Les Républicains lors de la prochaine élection présidentielle, se lance dans un exercice d’équilibriste qui pourrait aisément la pousser à délaisser une sensibilité plus qu’une autre, voire à se retourner contre elle. (Lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2022) Pour paraphraser, sans son talent, le titre de l’ouvrage de René Rémond, Les droites en France, il apparaît comme évident qu’entre une droite libérale et républicaine incarnée par Valérie Pécresse et la droite identitaire et nationaliste d’Eric Ciotti, talonné par Eric Zemmour et Marine Le Pen, la droite française va avoir beaucoup de mal à s’unir derrière une seule et même personne, fût elle légitimement élue. Enjeux différents, objectifs différents, discours opposés en dépit de quelques porosités idéologiques voilà le portait dressé par Les Républicains, écartelés par la nécessité de rassembler toutes les sensibilités, sans pour autant donner l’image d’un parti aux abois prêt à tout, quitte à s’aliéner des électeurs ou des composantes aux propos incompatibles avec l’esprit de la République.

Discours et tentation

Prise dans un étau idéologique qui va progressivement se refermer sur elle, imposant de fait un durcissement du discours originel fait de signes d’ouverture, la candidate de droite sait qu’elle devra tôt ou tard céder à l’obligation identitaire voulue par une partie de la droite. Et là est la faute. Car si elle le sait, d’autres, ses ex-concurrents en interne comme en externe le savent aussi. Si les premiers peuvent utiliser cette arme pour la pousser à incliner son discours vers des tendances qu’elle réfute à demi-mot aujourd’hui, mais pour combien de temps, ses adversaires hors partie auront tôt fait de le lui reprocher. Ce dilemme idéologique, propre à la droite française, a longtemps, et hante encore aujourd’hui les rangs du parti conservateur. La tentation identitaire, séduisante car facile, généreuse car prompte à attiser les basses passions et les vils instincts des individus en mal de repères, cousine germaine d’un populisme sournois et agressif, reste un tabou chez une partie de la droite alors qu’il est aujourd’hui de plus en plus assumé par d’autres. Et c’est d’ailleurs ce qui risque de plomber la campagne de Valérie Pécresse, toute euphorique à l’idée de représenter la droite, pense-t-elle unie, à savoir cette incapacité à endosser cet héritage pour finir par être par dépassé par lui au point de perdre le contrôle de sa campagne.

Echec et otage

Nicolas Sarkozy avait, lors de la campagne 2012, tenté de s’aliéner les forces les plus droitières de son parti d’origine sous la férule de Patrick Buisson. L’échec de cette tactique s’était matérialisé dans les urnes. Mais dix ans plus tard, le paysage politique français a changé, radicalement mué, pour laisser place à des discours politiques décomplexés en raison de la désertion idéologiques des partis piliers de la démocratie et de la République. Toute investie qu’elle soit par une élection aux accents croquignolesques car n’épousant en rien les formes de primaires tout en s’attachant à en défendre l’idée et l’image, Valérie Pécresse se retrouve désormais plus otage de divisions politiques avec lesquelles elle devra composer que maître d’une campagne électorale dont elle risque, si ce n’est déjà le cas, de perdre la direction. Prise au piège par Eric Ciotti, Eric Zemmour (lesechos.fr : https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses) et Marine Le Pen, soucieuse de défendre l’image libérale républicaine du parti sans froisser l’électorat sensible au progrès social de centre-droit, la présidente de la région Île-de-France fait aujourd’hui plus figure de pantin que de candidat à même de l’emporter en mai prochain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.