Le président et le cambouis

Les élections législatives (12 et 19 juin) s’avèrent à risque pour le Président de la République. Si Emmanuel Macron a compris l’enjeu d’un scrutin qui doit conditionner son quinquennat en s’impliquant personnellement dans la campagne, celui-ci sait aussi pouvoir s’appuyer sur les réticences des Français à l’idée une nouvelle cohabitation.

Si, notamment ceux qui ambitionnent de se voir proposer, pour l’accepter, le poste de Premier Ministre, d’aucuns s’impatientent devant le délai pris par le Président de la République dans la nomination de la seconde tête de l’exécutif, l n’est finalement pas interdit d’affirmer que rien ne presse le nouveau locataire de l’Elysée. Certes les institutions imposent que la charge soit pourvue mais ce qui semble désormais occuper Emmanuel Macron n’est pas tant celui ou celle qui logera à l’Hotel de Matignon mais plutôt les élections législatives. Et pour cause : de leur résultat dépendra l’orientation du quinquennat balbutiant. Car les obstacles sont nombreux, entre l’alliance des Insoumis avec le Parti Socialiste et les écologiques (NUPES) et le Rassemblement national galvanisé par le score de Marine Le Pen lors des deux tours de l’élection présidentielle, le scrutin s’annonce serré, voire risqué si le parti présidentiel, rebaptisé Renaissance, ne parvenait pas à décrocher la majorité absolue ou même une majorité relative.

Hyper-président et Jupiter

Et de voir planer l’ombre de la cohabitation, identique à celle qui avait paralysé Jacques Chirac lors de son second mandat entre 1997 et 2002. Anticipant la volonté des Français considérés comme peu désireux de renouer avec ce modus vivendi gouvernemental, Emmanuel Macron cherche donc à tous prix à conserver les coudées franches au sommet de l’État quitte à être taxé, comme le fut Nicolas Sarkozy, hyper-président ou plus récemment de président jupitérien. Et visiblement, l’homme en a cure, s’appuyant sur les résultats du second tour de l’élection présidentielle mais sans pour autant négliger le combat qui s’annonce où la diversité politique qu’il recouvre. D’où l’implication physique du néo-président dans la campagne qui tranche avec cette forme de langueur qui avait prévalu lors de la campagne présidentielle. (lemonde.fr : https://www.lemonde.fr/elections-legislatives-2022/) Conscient des enjeux du scrutin et de ses conséquences s’il devait se priver d’une majorité à même de le servir, Emmanuel Macron recentre désormais son action politique sur une échéance qui n’est en rien le troisième tour de l’élection présidentielle mais se veut être tout à la fois la marque de son emprise sur l’échiquier politique et la garantie, fort d’une majorité large et solide, de pouvoir mener son action dans la durée. De là à penser qu’Emmanuel Macron était plus concentré depuis plusieurs semaines sur les élections législatives que le scrutin présidentiel, il n’y a qu’un pas que les faits tendent à confirmer.

Civilisation et couleur

En fin connaisseur des institutions, le Président de la République a successivement orienté le débat autour du choix de civilisation pendant la campagne électorale présidentielle pour désormais l’orienter vers celui d’une nouvelle méthode n’hésitant pas à brocarder ses adversaires qu’il sait rugueux et combatifs. (lefigaro.fr : https://www.lefigaro.fr/elections/legislatives) Le choix du Premier ministre sera en cela déterminant mais pas nécessairement définitif car en fonction des résultats des élections législatives, ledit Premier Ministre sera amené à changer y compris si Emmanuel Macron dispose d’une majorité. La couleur de celle-ci important au plus haut point et le parti Renaissance étant composé de diverses sensibilités, il conviendra alors de regarder avec précision lesquelles d’entre elles seront le plus représentées, gauche, centre-gauche, centre-droit, droite et autres transfuges. Ainsi, en entrant de plain-pied dans la séquence électorale des législatives, le nouveau président se veut certainement bien plus politique qu’il ne l’avait été avant les 10 et 24 avril. Ce qui laisserait à penser que même Jupiter met parfois les mains dans le cambouis.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.